Femme rassemble des matériaux pour construire sa propre petite maison selon son propre design, et le résultat est magnifique.

INTÉRESSANT

Se lançant dans un voyage d’autonomie et de créativité, Carol a transformé son rêve en réalité en construisant sa propre petite maison, « The Dragon’s Nest ».

Nichée dans une zone boisée paisible de l’île de Vancouver, cette demeure de 320 pieds carrés est un témoignage de la détermination et de l’habileté de Carol.

En 2019, confrontée au défi de le construire seule, Carol a embrassé la tâche. Elle s’est assurée de prendre en compte chaque clou, chaque vis et chaque goutte de colle qui ont été utilisés dans sa création.

Cette connaissance intime lui permet de l’entretenir et de la réparer en toute confiance.

The Dragon’s Nest reflète l’âme artistique de Carol et son amour pour le style du chariot Rom vardo des années 1800.

Orné d’antiquités et de couleurs vives, c’est un espace qui résonne avec son esprit.

Cette approche personnalisée de l’espace de vie contraste avec ses résidences précédentes, qui allaient de 4 800 à 1 100 pieds carrés.

La décision de réduire la taille était motivée par le désir de simplicité. Le voyage a commencé en 2016, Carol rassemblant méticuleusement des objets récupérés et des trouvailles de vide-greniers, donnant vie lentement à sa vision sur le papier.

La construction de The Dragon’s Nest a été une leçon de débrouillardise et de patience.

Commencée avec un transporteur de machines de terrassement commercial comme base, Carol a encadré sa petite maison en 2018.

Cependant, le début d’événements imprévus signifiait qu’elle devait entreprendre le processus de construction seule, sauf pour l’installation de quelques fenêtres.

Son engagement envers la construction d’une maison sûre et correcte l’a conduite à payer de sa poche pour de nouveaux matériaux tels que la plomberie, le câblage électrique et les appareils au propane.

Remarquablement, Carol a réussi à maintenir ses dépenses sous les 20 000 dollars.

La nature méticuleuse de Carol s’étend à sa tenue de dossiers. Elle a conservé un historique détaillé de The Dragon’s Nest, documentant chaque centime dépensé dans un livre.

Ce niveau de détail l’aidera non seulement à suivre les dépenses, mais servira également de témoignage de son engagement envers le projet.

Ses compétences en construction, affinées au fil des ans en tant que bénévole chez Habitat for Humanity et grâce aux conseils de son beau-frère, Gary, ont été cruciales pour donner vie à sa petite maison.

The Dragon’s Nest est une merveille de design et de fonctionnalité. Son extérieur, fabriqué en sapin Douglas de moulin dimensionnel et accentué de bardeaux de cèdre coupés en écailles de dragon, capture l’essence de son nom.

À l’intérieur, la grande pièce comprend un salon, une table à manger pliante et une cuisine, le tout sous un plafond de plaques de fer blanc victoriennes provenant du village Upper Canada.

Chaque objet dans la maison a une histoire, du lit encastré fabriqué à partir d’un lit récupéré aux toilettes antiques rénovées pour ressembler aux toilettes à seau des années 1800.

Vivant hors réseau, Carol s’est adaptée à un mode de vie à la fois stimulant et gratifiant. Elle transporte de l’eau, la traite à travers un système, et compte sur des panneaux solaires pour l’électricité, en complément avec un générateur au besoin.

Son chauffage provient d’un chauffe-propane sans évent, et elle gère les déchets avec des toilettes à compost et un étang d’eaux grises.

Malgré ces défis, Carol trouve du réconfort dans sa petite maison, entourée de ses petits chevaux de trait, de chèvres Toggenburg, de poules, de dindes de race ancienne et d’abeilles.

Le chemin de Carol vers la vie en petite maison n’a pas été sans obstacles. Trouver un endroit légal pour se garer était un défi important en raison de problèmes de zonage. Cependant, elle a trouvé un propriétaire foncier disposé à conclure un accord, lui permettant de vivre sur ses terres dans une zone grise en matière de zonage.

Cette arrangement, bien que pas entièrement légal, n’est pas non plus illégal, lui offrant une solution temporaire.

À presque 70 ans et vivant avec le lupus, le choix de Carol de vivre dans The Dragon’s Nest ne concerne pas seulement l’abordabilité ; c’est un choix de vie qui correspond à ses valeurs et à ses besoins.

Sa participation à la communauté se poursuit par le biais du bénévolat à la banque alimentaire locale et chez Habitat for Humanity.

Elle partage également ses connaissances et expériences de la vie en petite maison sur sa page Facebook, « The Dragon’s Nest ».

La construction de The Dragon’s Nest a été un travail d’amour, rempli de défis, de travail acharné et de moments de doute.

Pourtant, grâce à la persévérance, Carol a créé un espace qui lui est propre et c’est un paradis miniature où elle aime rentrer chez elle.

Faites le tour complet du « nid » de Carol dans la vidéo ci-dessous ! S’il vous plaît, PARTAGEZ ceci avec vos amis et votre famille.